lundi 29 mai 2017

Réponse à l'association Oiseaux Nature 88 - Législative

OISEAUX NATURE 88

Réponse de Jordan Grosse-Cruciani, 4ème circonscription des Vosges, Conseiller Régional

1.              Vous n'êtes pas sans savoir que notre biodiversité est menacée par les activités humaines et notre avenir et notre santé à tous en dépendent. Qu'avez-vous fait jusqu'à maintenant dans notre département pour limiter ce déclin ? Quelles mesures précises comptez-vous mettre en œuvre lors de votre mandat ?

Membre de plusieurs associations animales, je soutiens une grande partie des revendications pour le bien-être animale et la protection de la biodiversité (signature de nombreux points du manifeste animal politique). A mon modeste niveau comme conseiller municipal et régional, je relaie souvent (et les collègues de tous les bords peuvent en témoigner) les préoccupations au Conseil Régional en matière de protection de notre biodiversité. Je communique régulièrement, interviens ou dénonce les pratiques contre notre biodiversité (je me suis élevé dernièrement contre l’arrêt de la subvention – votée par les élus de gauche et droite - au Projet Migra’Sion pour la surveillance et le suivi des oiseaux migrateurs en Lorraine). Si je suis élu député, je serai un membre actif pour la défense de notre biodiversité en particulier la disparition inquiétante des hirondelles et des hérissons. Je serai un interlocuteur privilégié pour les associations (un courrier a été envoyé pour rencontrer votre association Oiseaux Nature il y a quelques mois sans réponses à ce jour …)
Au Parlement Européen comme assistant, je suis l’intergroupe de protection animale aussi et je suis les questions de près comme la protection des abeilles.

2.              Nous sommes favorables au développement de l'Agriculture Biologique dans les Vosges, garante de la pérennité de notre alimentation en préservant la qualité des sols, des eaux et des aliments et donc de notre santé. Que comptez-vous faire pour l'Agriculture Biologique dans notre département ?

Favorable à l’agriculteur Bio, je pense nécessaire de favoriser financièrement ceux qui veulent s’installer en bio et respecter des pratiques agricoles bonnes pour l’environnement ou le bien-être animal. Il faut aussi favoriser les circuits courts dans nos cantines et dans l’alimentation et les relations directes du producteur au consommateur sans passer par les intermédiaires qui asphyxient les agriculteurs et font payer plus cher aux consommateurs.  Pour l’élevage, je suis favorable à la transformation des exploitations en soutenant massivement nos agriculteurs (pour qu’ils ne soient pas défavorisés) vers des élevages en plein air et bio.

3.               Que pensez-vous de la demande récurrente des usagers de la nature (randonneurs, naturalistes, vttistes etc...) pour l'instauration d'une journée sans chasse, comme c'est le cas dans tous les autres pays d'Europe, afin que les chasseurs ne soient pas les seuls à avoir la main mise sur la nature ?

Il existe déjà des dates d’ouvertures et de fermeture de la chasse. Actuellement dans notre département comme généralement en France, 6 mois sont consacrés à la chasse (dernièrement du 18/09 au 27/02). En tant qu’amoureux de la nature, je ne veux pas opposer les chasseurs et les défenseurs des animaux. Chacun est complémentaire et il ne faut pas oublier l’apport de la chasse dans l’entretien de nos forêts ou de régulation des espèces. Je suis donc défavorable à ce jour sans chasse, la situation actuelle étant équilibrée pour tous.

4.               Enfin, notre association, soutenue par de nombreux vosgiens au-delà de nos adhérents, milite depuis plus de 30 ans contre le piégeage et la souffrance des animaux sauvages de notre département. Nous luttons notamment contre le déterrage du blaireau qui n'est plus chassable dans le Bas-Rhin et l'acharnement contre le renard, chassé pratiquement toute l'année dans les Vosges alors qu'il n'est plus classé nuisible en Savoie 73, Haut de Seine 92 et Val de Marne 94 depuis 2015. Quelle est votre position sur ce sujet ?

Le blaireau est un animal gentil par nature et inoffensif  mais les dégâts qu’il peut causer avec les coûts pour les jardins des particuliers ou les terres agricoles s’avèrent parfois problématiques. Je pense qu’une régulation est nécessaire du blaireau mais les méthodes employées sont atroces et font souffrir. Pour faire face aux coûts des destructions de blaireaux pour les agriculteurs ou particuliers quand il y en a, il faut les aider à s’équiper contre cela. Il faut réunir associations animales et chasseurs pour trouver des solutions adéquates là où c’est nécessaire.
Pour le renard, j’avoue modestement qu’il faudrait un état des lieux clair pour un avis définitif au niveau local.

5.              L’état de certaines populations d’oiseaux est préoccupant et malgré ce fait indéniable certaines de ces espèces continuent d’être sur la liste des oiseaux chassables dans les Vosges : L’Alouette des champs est classée «quasi menacé» sur la liste rouge nationale depuis 2016. Les prélèvements par la chasse, même minimes peuvent être très préjudiciables à l’espèce. Ainsi nous demandons de fermer la chasse à l’Alouette des champs. Pour la survie des derniers individus indigènes de Perdrix grise dans le département, nous demandons les mêmes dispositions que précédemment. La Bécassine des marais est de plus en plus rare dans le département et se trouve «en danger critique» sur la liste rouge des oiseaux nicheurs. Pour sa préservation qui s’impose immédiatement nous demandons un moratoire sur sa chasse. Soutiendrez-vous ces demandes auprès du préfet et autres autorités décisionnaires?
Si je suis de ceux qui ne veulent pas opposer amoureux de la nature et chasseurs, je pense à contrario que là où les espèces sont menacées et que des chiffres préoccupants sont établis et vérifiés sur le risque de disparition d’une espèce animale, l’interdiction de chasser doit être la règle.


6.              Enfin quelles mesures comptez-vous proposer pour améliorer la qualité de notre environnement dans les Vosges ?

La défense de notre environnement consiste en 3 piliers à mon sens :

1-     Une agriculture de proximité : développer les circuits courts, encourager le bio, interdire l’importation de produits agricoles ne respectant pas nos normes en matière de protection animale, de sécurité sanitaire et d’environnement et en promouvant des labels de qualité

2-     Favoriser la transition énergétique et l’aménagement du territoire : Lutter contre la précarité énergétique et développer les énergies nouvelles (isolation des bâtiments, encourager filière bois, biogaz ou méthanisation, développer la filière hydrogène et interdire le gaz de schiste) et aménager des services de proximité pour travailler au plus près et réduire les déplacements (accès aux services publics et transports en milieu rural, …)

3-     Développer le respect du bien-être animal et protéger notre biodiversité (lutter contre l’urbanisation constante, protéger nos espèces menacées, lutter contre la pollution et les pesticides tueurs d’abeilles, de hérissons etc, refuser les fermes usines comme les 1000 vaches, refuser l’abattage rituel, lutter contre la maltraitance animale et les abandons, lutter contre l’expérimentation animale …)











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire